vendredi 30 décembre 2016

1 rue des petits - pas

Lorraine, hiver 1918 - 1919. Dans un village en ruines à quelques kilomètres du front, une communauté de rescapés s'organise pour que la vie continue.
Louise, seize ans, est recueillie au 1, rue des Petits - Pas par une sage - femme qui va lui transmettre son savoir : accoucher, bien sûr, mais aussi lire et écrire, soigner les maux courants et, enfin, être l'oreille attentive de toutes les confidences. Mais dans ce village ravagé par la guerre et isolé du monde, les légendes nourrissent les peurs, et la haine tient les hommes debout. Ces peurs et cette haine, Louise va devoir les affronter car elle exerce son art dans l'illégalité, élève un enfant qui n'est pas le sien, aime un être qu'elle n'a pas la droit d'aimer, et tente de se reconstruire dans cet univers où horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir. 



Je pensais que j'aurai aimé. J'en avais lu tellement de bien. Rien que de voir cette jolie couverture des Editions France Loisirs, ce roman me faisait envie. De plus, le thème m'intéressait : les sages - femmes, l'après - guerre, les légendes...
Mais non...j'ai eu du mal à le lire. L'écriture ne m'a pas plu. Je ne saurais dire pourquoi. Ou alors, c'était les personnages. Peut - être...
Louise m'a plu. Jeune fille recueillie par une sage - femme, qui recueille elle - même un bébé. Je l'ai trouvée gentille, intelligente, forte, rassurante. Il faut m'excuser, j'ai l'impression d'écrire pour écrire, de chercher des adjectifs auxquels je ne crois même pas finalement...
Toujours est - il que cette critique est très difficile à faire. Mon ressenti par rapport à ce roman est très étrange. Le décrire est compliqué.
J'ai eu l'impression d'être dans l'obscurité tout le temps. C'est normal après - tout. Après la guerre, tout est en ruines, le paysage, les maisons, les gens... Mais j'ai peur du noir.
Les personnages ne sont pas très sympas, ils ne donnent pas envie d'aller vers eux. Mis à part Anne, qui n'apparaît pas beaucoup, Louise et Viga. Viga! Quel personnage! Il peut mettre mal à l'aise, on ne sait pas comment le prendre (sans mauvais jeu de mots). 
Il fait froid aussi, très froid...C'est normal, il neige! Et on est en Lorraine. Il fait froid dehors, il fait froid à l'intérieur même avec un feu dans la cheminée, il fait froid dans les coeurs. Seule Louise paraît avoir le pouvoir de réchauffer, et les corps et les âmes. 

Je suis déçue, j'aurai aimé l'aimer. 


Lu dans le cadre du Défi Lecture 2016, catégorie 27 : Un livre de ma wish - list

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...