vendredi 9 décembre 2016

Pétronille

Lors d'une signature dans une librairie, une romancière célèbre fait la rencontre d'une de ses lectrices, une fille étonnante aux allures d'éternelle adolescente, elle aussi écrivaine. Férue de champagne, l'auteur cherche depuis longtemps la compagne idéale de griserie. Et si elle l'avait trouvée? 


Après une expérience de recherche d'ivresse intense et exquise, le narrateur, célèbre écrivain, tente de trouver la compagne de beuverie ou plutôt, la convigne. C'est en séance de dédicace qu'elle va finalement la trouver, en la personne de Pétronille, jeune, pétillante et tout aussi fofolle. Démarre alors une belle amitié remplie de soirées arrosées de champagne. 

C'est sans aucun doute le roman que j'ai préféré pour le moment d'Amélie Nothomb. Je l'ai choisi au hasard et j'ai bien fait! Est - ce parce que moi aussi, j'adore le champagne? Peut - être..."J'ai compris que l'esprit du champagne approuvait ma conduite : je l'avais accueilli comme un hôte de marque, je l'avais reçu avec une déférence extrême, en échange de quoi il me prodiguait ses bienfaits à foison"

On ne peut pas résumer ce roman par "une histoire de copines de beuverie", certainement pas. Il s'agit là d'une réelle histoire d'amitié, entre deux jeunes femmes franches, parfois tranchantes. Une histoire d'amitié avec ses hauts et ses bas, tendre et pudique. Avec entre elles deux, l'amour du champagne, ce délicieux breuvage menant à un "état de conscience augmenté". Moi aussi, je veux être leur copine ! 

Mis à part le champagne, ce que j'ai particulièrement aimé, c'est la perception des choses de l'auteur. Par exemple, cette histoire de physique et de physionomie. "Au premier coup d'oeil, il y a des êtres qu'on aime et des malheureux qu'on ne peut pas encadrer". Amélie Nothomb tombe juste, très souvent. Elle décrit parfaitement des faits. Il n'y a aucun jugement, c'est comme ça, c'est tout. J'aime beaucoup son écriture, à la fois simple et pourtant recherchée. On glisse sur les mots comme le champagne sur la langue, j'ai adoré. 
Il y avait également beaucoup d'humour, surtout dans les dialogues entre les deux femmes. On y ressent aussi la différence de caractère : l'une presque criarde lorsqu'elle parle alors que l'autre est plus sur la réserve ou en tous cas, le ton est plus grave, plus posé. La légèreté face à la gravité, la tempête qui se heurte au silence. 

Je ne regrette pas une seconde cette lecture, j'en suis extrêmement ravie et je vous la conseille vivement et, en plus, elle ne vous prendra pas longtemps. 

Lu dans le cadre du Défi Lecture.
Catégorie 5 : Un livre écrit par un auteur belge. 

1 commentaire:

  1. j'adore Amélie, je n'ai pas encore lu celui là mais il me tente bien :)

    RépondreSupprimer

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...