Accéder au contenu principal

Esprit d'hiver

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant...



C'est le matin de Noël. Holly se réveille et se rend compte qu'il est très tard. Son mari est en retard pour aller chercher ses parents à l'aéroport et ils ont râté leur traditionnel moment des cadeaux avec leur fille. Le mari d'Holly file en quatrième vitesse et Holly reste chez elle avec Tatiana pour préparer les festivités.

L'étrangeté de ce roman m'a frappée d'emblée. Holly se réveille, elle a envie d'écrire quelque chose sur son rêve, surtout cette phrase qu'elle ne cesse de répéter : Quelque chose les avait suivis de la Russie jusque chez eux. 
En effet, Tatiana est une petite fille qu'ils ont adopté, treize ans plus tôt en Sibérie. Au fil des pages, Holly se remémore quelques passages de cette adoption, leurs rencontres avec le bébé à l'orphelinat, les échanges avec les infirmières.

Holly est pressée, elle a tant de choses à faire : dresser la table, préparer le rôti... et Tatiana qui semble faire la tête, peut - être à cause de leur réveil tardif? Holly a du mal à établir le dialogue avec sa fille, après tout, c'est une adolescente, c'est normal...mais est - elle vraiment obligée de gâcher cette journée de Noël?

C'est une ambiance vraiment étrange qui pèse dans ce roman. J'ai ressenti un malaise dès le début et ce, tout du long. Une atmosphère lourde, chargée, parfois glacée (amplifiée par le blizzard). Il y a quelque chose qui n'est pas normal mais impossible de savoir quoi. Les tensions se ressentent fortement, entre les personnages, en Holly elle - même qui tente de combattre ses propres démons (mais quels sont - ils?), dans le lieu même qui, au lieu d'être un chaleureux endroit de fête, s'avère être une maison froide, presque sans vie.

Cette tension permanente, cette inquiétude qui ne nous lâche pas...je n'ai pas aimé. Ce roman m'a mis dans un état qui ne m'a pas plu du tout. Pourtant, c'était sans aucun doute l'objectif de l'auteure. Son roman, pour ce qu'elle a voulu en faire, est très réussi! Mais pour une lectrice comme moi, ça ne fonctionne pas. Je n'aime pas ressentir des émotions aussi négatives quand je lis. Lorsque je parlais de ma lecture en cours, j'ai dit, à chaque fois, "C'est bizarre", "Ce livre est trop bizarre".
La dernière page m'a laissée sans voix.
Ce livre est excellent dans sa construction et son ensemble mais il n'était pas pour moi.

Lu dans le cadre du Défi Lecture.
Catégorie 60 : Un livre dont le titre contient une des saisons

Commentaires

  1. il y a parfois des romans qui en effet, ne sont pas fait par nous. J'ai déjà lu un livre qui m'a angoissé au point d'en faire une crise de spasmophilie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui quand même! moi c'est "American psycho", j'avais envie de vomir...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Harry Potter à l'école des sorciers

Quatrième de couverture : Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l'attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure sa naissance et qui est l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom?

Bon bon...qui ne connaît pas Harry Potter? Je pense que très peu de personnes n'ont pas vu le film. En général, je ne lis pas les livres qui correspondent aux films que j'ai vu (mais je peux faire le contraire) mais celui - ci est particulier car il fait partie d'un challenge...
Comme cela fait très longtemps que j'ai vu l'adaptation cinématographique, ça ne m'a absolument pas dérangée de lire ce roman. Je me rappelais de l'histoire en "…

Deux petits pas sur le sable mouillé

Tout commence sur une plage, quand Anne - Dauphine remarque que sa fille marche d'un pas hésitant. Après une série d'examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste que quelques mois à vivre. L'auteur lui fait alors une promesse : "Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d'amour". 
Ce livre raconte l'histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu'un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner.
Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie.




L'auteur a deux enfants : Gaspard, à peine cinq ans et Thaïs, deux ans. Elle attend son troisième enfant. Quand elle a pris rendez - vous avec des médecins car sa fille a le pied qui tourne quand elle marche, elle ne s'attenda…

L'enfant du lac

1933. Comment Theo Edevane, adorable poupon de onze mois, a - t - il pu disparaître durant la nuit de la Saint - Jean? Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour les filles Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l'abandon. Soixante - dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne en vacances dans les Cornouailles, curieuse et momentanément désoeuvrée, s'intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l'enquête, au grand dam de l'une des soeurs aînées de Theo, Alice, devenue écrivain à succès.


C'est le deuxième roman de Kate Morton que je lis et je me suis régalée. Sadie, jeune inspectrice, prend quelques jours de vacances forcées chez son grand - père en Cornouailles. Lors de son jogging quotidien, elle découvre une demeure ancienne et abandonnée, regorgeant de secrets. Là, en 1933, un petit …