mardi 29 novembre 2016

L'effet papillon

Si William Stark n'avait pas été intrigué par un SMS envoyé du Cameroun, René Ericksen, son boss au Bureau d'Aide au Développement, n'aurait pas été obligé de se débarrasser de lui. Si Marco, un jeune voleur gitan, n'avait pas trouvé refuge là où le cadavre putréfié de Stark végète depuis trois ans, son oncle, chef d'un réseau mafieux, n'aurait pas lancé ses hommes à ses trousses à travers tout Copenhague pour l'empêcher de révéler à la police l'existence de ce corps qu'il a enterré de ses propres mains...
Pour stopper cet engrenage de la violence, l'inspecteur Carl Morck et l'équipe du Département V doivent retrouver Marco. Et remonter la piste d'une affaire dont les ramifications politiques et financières pourraient bien faire vaciller l'intégrité politique du Danemark. 


Cela avait plutôt mal commencé pour moi : une expédition en Afrique, une histoire d'escroquerie, une course poursuite dans les marécages... une ambiance loin de me plaire. J'ai craint le pire.
Et puis, retour à Copenhague. Avec Marco. Marco, un jeune gitan qui décide de ne plus mener cette vie de voleur, cette vie qui n'est pas faite pour lui. Il souhaite avoir une vie normale, aller à l'école, apprendre un vrai métier, vivre normalement. Alors, il s'enfuit. Malheureusement, la découverte qu'il va faire dans les bois va vite mettre sa vie en danger. Il est désormais activement recherché par les membres du clan et le réseau de son oncle. Mais l'honnêteté de Marco va le pousser à aller voir la police pour qu'ils réouvrent une enquête.
C'est ainsi qu'intervient Carl Morck et son équipe, Assad et Rose.

Toujours aussi ravie de retrouver ce trio de choc complètement atypique. Alors que la vie privée de Carl Morck prend une nouvelle direction, on commence à en savoir un peu plus sur le mystérieux Assad et son recrutement dans la police.
Vivre ces quelques jours de "cache - cache" avec Marco a été plutôt palpitant. C'est le "gentil" du roman alors forcément, on a envie qu'il s'en sorte, d'autant plus qu'il est jeune et qu'il a toute la vie devant lui. Mais Marco est né sous une bonne étoile, c'est en quelque sorte un miraculé.
Ce qui m'a le plus intéressée finalement, c'est l'histoire de Marco! Que les "méchants" soient arrêtés et que l'on comprenne ce qui est arrivé en Afrique et le pourquoi du comment d'une énorme escroquerie, ça passait au second plan. Je parle pour moi bien évidemment.
Ce que je retiens de ce quatrième volet des enquêtes du Département V ce n'est pas l'enquête en fait... C'est l'histoire des personnages, des personnages attachants, humains, empathiques... Parce que si on regarde bien, l'enquête est vite classée. Si on compare le nombre de pages total avec le nombre de pages où les policiers se concentrent sur l'affaire et le nombre de pages qui racontent l'histoire de Marco, l'histoire du disparu William Stark et les magouilles des trois associés du Ministère/Banque et je ne sais même plus d'où vient le troisième...le compte est vite fait. Il s'agissait plus de sauver Marco que de retrouver l'assassin du supposé mort parce que pas de cadavre.

Cela avait plutôt mal commencé pour moi mais ça s'est bien terminé. J'ai tout de même mis plus de temps à le lire qu'un autre, en déduire ce que bon vous semble.


Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois (648 pages)


dans le cadre du challenge Polar et Thriller


et du Défi Lecture 2016 Catégorie 47 : Un livre avec un animal dans le titre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...