jeudi 25 juin 2015

Ce qu'elle veut dire



Quatrième de couverture : Françoise Renaud recueille ici ce qu'elle veut dire. Elle, l'amie jamais nommée dans ce récit, mais représentée par ce pronom si "personnel" et universel à la fois. Elle, humaine, ni plus ni moins...
Se sentant accompagnée et soutenue par l'écrivain, elle raconte, fouille son histoire pour comprendre. Peu à peu elle pénètre la broussaille, progresse à coeur. Toujours la présence insistante de la mort qui ramène dans le camp de la vie et rallume les lampes sur les berges du fleuve. La seule parole qui tienne est en train de s'écrire. La vérité est dans le livre...dans le livre...

Quand je me suis inscrite à l'opération Masse critique de Babelio, le résumé m'avait plu. C'est en général ainsi qu'on choisit un livre. J'étais vraiment intriguée par cette histoire et cette "vérité". Quelle vérité allais - je pouvoir trouver dans ce livre. 

Autant le dire tout de suite, je ne m'attendais pas vraiment à ce que j'ai lu. 
La romancière raconte une histoire, celle d'une amie relativement proche. J'ai tout d'abord pensé que ça commençait bien, les premières pages m'ont plu. On sait d'emblée de quoi il retourne et pourquoi ce roman a pris forme, si l'on peut le qualifier de roman car c'est entre le témoignage et l'histoire romancée.

J'ai aimé le début car il est assez léger malgré le thème, la maladie, qui est assez dur. Et puis au fil des pages, c'est toujours un peu plus dur. On va de tragédie en tragédie : "L'impression de désastre domine, je m'en rends compte [...]" : en effet! C'est tout ce négatif accumulé qui ne m'a franchement pas emballée. Malheureusement, on ne peut pas changer l'histoire.
Pour autant, je comprends tout à fait la démarche et ce besoin de "dire", de se vider de ses maux avec des mots pour se soulager. L'histoire de cette femme au nom impossible à porter (j'aurai bien aimé connaître ce prénom!) est très bien retranscrite, avec beaucoup de sincérité, de respect. Si j'avais été cette femme, je pense que j'aurai aimé la façon dont mon histoire aurait été dépeinte.

Une histoire assez tragique donc, mais avec une fine analyse de la vie et somme toute un peu d'espoir.

Ma note : 3/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...