Accéder au contenu principal

Ce qu'elle veut dire



Quatrième de couverture : Françoise Renaud recueille ici ce qu'elle veut dire. Elle, l'amie jamais nommée dans ce récit, mais représentée par ce pronom si "personnel" et universel à la fois. Elle, humaine, ni plus ni moins...
Se sentant accompagnée et soutenue par l'écrivain, elle raconte, fouille son histoire pour comprendre. Peu à peu elle pénètre la broussaille, progresse à coeur. Toujours la présence insistante de la mort qui ramène dans le camp de la vie et rallume les lampes sur les berges du fleuve. La seule parole qui tienne est en train de s'écrire. La vérité est dans le livre...dans le livre...

Quand je me suis inscrite à l'opération Masse critique de Babelio, le résumé m'avait plu. C'est en général ainsi qu'on choisit un livre. J'étais vraiment intriguée par cette histoire et cette "vérité". Quelle vérité allais - je pouvoir trouver dans ce livre. 

Autant le dire tout de suite, je ne m'attendais pas vraiment à ce que j'ai lu. 
La romancière raconte une histoire, celle d'une amie relativement proche. J'ai tout d'abord pensé que ça commençait bien, les premières pages m'ont plu. On sait d'emblée de quoi il retourne et pourquoi ce roman a pris forme, si l'on peut le qualifier de roman car c'est entre le témoignage et l'histoire romancée.

J'ai aimé le début car il est assez léger malgré le thème, la maladie, qui est assez dur. Et puis au fil des pages, c'est toujours un peu plus dur. On va de tragédie en tragédie : "L'impression de désastre domine, je m'en rends compte [...]" : en effet! C'est tout ce négatif accumulé qui ne m'a franchement pas emballée. Malheureusement, on ne peut pas changer l'histoire.
Pour autant, je comprends tout à fait la démarche et ce besoin de "dire", de se vider de ses maux avec des mots pour se soulager. L'histoire de cette femme au nom impossible à porter (j'aurai bien aimé connaître ce prénom!) est très bien retranscrite, avec beaucoup de sincérité, de respect. Si j'avais été cette femme, je pense que j'aurai aimé la façon dont mon histoire aurait été dépeinte.

Une histoire assez tragique donc, mais avec une fine analyse de la vie et somme toute un peu d'espoir.

Ma note : 3/5

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Harry Potter à l'école des sorciers

Quatrième de couverture : Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l'attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure sa naissance et qui est l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom?

Bon bon...qui ne connaît pas Harry Potter? Je pense que très peu de personnes n'ont pas vu le film. En général, je ne lis pas les livres qui correspondent aux films que j'ai vu (mais je peux faire le contraire) mais celui - ci est particulier car il fait partie d'un challenge...
Comme cela fait très longtemps que j'ai vu l'adaptation cinématographique, ça ne m'a absolument pas dérangée de lire ce roman. Je me rappelais de l'histoire en "…

Deux petits pas sur le sable mouillé

Tout commence sur une plage, quand Anne - Dauphine remarque que sa fille marche d'un pas hésitant. Après une série d'examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste que quelques mois à vivre. L'auteur lui fait alors une promesse : "Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d'amour". 
Ce livre raconte l'histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu'un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner.
Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut pas ajouter de jours à la vie.




L'auteur a deux enfants : Gaspard, à peine cinq ans et Thaïs, deux ans. Elle attend son troisième enfant. Quand elle a pris rendez - vous avec des médecins car sa fille a le pied qui tourne quand elle marche, elle ne s'attenda…

L'enfant du lac

1933. Comment Theo Edevane, adorable poupon de onze mois, a - t - il pu disparaître durant la nuit de la Saint - Jean? Les enquêteurs remuent ciel et terre, mais l'enfant demeure introuvable. Pour les parents comme pour les filles Edevane, la vie ne sera plus jamais la même après ce drame. La maison du lac, la propriété tant aimée, est fermée et laissée à l'abandon. Soixante - dix ans plus tard, Sadie Sparrow, jeune inspectrice londonienne en vacances dans les Cornouailles, curieuse et momentanément désoeuvrée, s'intéresse à cette mystérieuse disparition. Elle reprend l'enquête, au grand dam de l'une des soeurs aînées de Theo, Alice, devenue écrivain à succès.


C'est le deuxième roman de Kate Morton que je lis et je me suis régalée. Sadie, jeune inspectrice, prend quelques jours de vacances forcées chez son grand - père en Cornouailles. Lors de son jogging quotidien, elle découvre une demeure ancienne et abandonnée, regorgeant de secrets. Là, en 1933, un petit …