mardi 12 mai 2015

Profanation



Quatrième de couverture : Sur le bureau de l'inspecteur Carl Morck, chef du département V, le dossier d'un double meurtre commis en 1987 et impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux "spontanés" d'un des leurs. Morck s'aperçoit que l'affaire a été hâtivement bouclée et décide de reprendre l'enquête. 
Cercles fermés des milieux d'affaires, corruption au plus haut niveau, secrets nauséabonds de la grande bourgeoisie...Adler - Olsen mêle suspense implacable et regard acerbe sur son pays. 

Dans les premières pages, on découvre Kimmie, une femme qui vit dans la rue. Puis Ditlev, un homme riche et agressif qui, apparemment, connaît Kimmie. Et enfin, Carl Mocke, qui voit sur son bureau un dossier arrivé là comme par magie...un dossier relatant une vieille affaire classée.
Ces premières pages ne m'ont pas permises de rentrer dans l'histoire. Pourtant, j'aime pouvoir être happée par une intrigue dès le début. Ce n'est qu'après la présentation de tous les protagonistes que j'ai pu lire ce polar avec plus d'intérêt.

J'ai rencontré une principale difficulté : les noms de rue et de lieux imprononçables danois ! Je butais à chaque fois dessus si bien que j'ai fini par les survoler. Malheureusement, à moins de changer le roman de pays et l'auteur, d'origine, on n'y peut pas grand chose.

Ensuite, les personnages : on sait d'emblée qui sont les "méchants", ce qui est plutôt assez original. Le but n'était donc pas de savoir qui était coupable mais plutôt comment. Tout de suite, je les ai détesté. D'habitude, dans les polars, on connaît les crimes sans savoir qui les a commis. On ne les aime jamais trop ces gens - là mais tant qu'on ne sait pas qui ils sont, on a personne à détester. En revanche, ici, les personnages ont un nom, un visage dès le début. On connaît leur mode de vie et leur façon d'être et d'agir. Ils sont antipathiques et révoltants. J'ai eu un sentiment désagréable de dégoût à chaque fois que je lisais un chapitre les concernant.
Le personnage de Kimmie laisse un sentiment ambivalent. Une jeune femme blessée par la vie qui nous inspire de la compassion et à qui on s'attache mais qui porte tellement de violence en elle qu'on ne peut pas tout à fait l'aimer non plus. Et pourtant... Je crois que c'est mon personnage préféré dans ce thriller : une âme torturée, psychologiquement instable, incapable d'aimer malgré l'amour qu'elle porte en elle...
Enfin, les "flics". Carl Mocke est l'archétype de l'inspecteur de police que l'on voit dans les thrillers. Celui qui ne va rien lâcher quitte à se mettre à dos ses supérieurs ; qui va être mis à pied mais qui va continuer son enquête quand même ; qui va travailler d'arrache - pied jusqu'à avoir des cernes sous les yeux. Un profil "bateau" que j'ai moyennement apprécié même s'il est sympathique. Tout comme son subordonné, Assad, un type assez drôle tout en étant compétent.

Comme je le disais, l'intrigue est assez originale puisqu'on reconstitue les crimes "à l'envers", les coupables étant connus. Au fil des pages, on remonte dans le passé et on reconstitue le fil des évènements.
Je ne dirais pas qu'il ne mérite pas d'être lu mais en ce qui me concerne, il ne m'a pas fait "vibrer".

Ma note : 3/5


Ce roman participe au challenge 1 pavé par mois (572 pages). 
C'est donc mon deuxième pavé ce mois - ci. 





4 commentaires:

  1. C'est une série qui me tente ainsi même si je préfère enquêter sur les coupables plutôt que sur leurs mobiles !

    RépondreSupprimer
  2. vilaine qui n'a pas commencé par le premier tome :p
    j'aime beaucoup cette série!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement...mais on me l'a prêté celui - ci donc je l'ai lu! lol

      Supprimer

Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...