vendredi 22 mai 2015

La femme aux fleurs de papier (Challenge)



Quatrième de couverture : La nuit du 14 au 15 avril 1912, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un passager descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking et remonta sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il alluma un cigare et attendit la mort. 
Le 14 avril 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. A moins qu'il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain à l'aube. Jacob Roumann, médecin autrichien, n'a qu'une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l'interrogatoire. Sa vie, décrète - t - il, tient non pas à une, mais à trois questions : "Qui suis - je? Qui est Guzman? Et qui était l'homme qui fumait sur le Titanic?"
De cet instant se noue entre les deux ennemis une alliance étrange autour d'un mystère qui a traversé le temps et su défier la mort. 

Jacob Roumann, médecin dans les tranchées autrichiennes, est appelé pour interroger un prisonnier italien. Il doit lui faire dire son nom et son grade afin de tenter un échange de prisonniers avec le camp adverse.
Le prisonnier italien, calme et tranquille, ne paraît pas effrayé par le sort qui l'attend. Au contraire, il semble détendu et commence à raconter son histoire... afin de pouvoir répondre à trois questions : "Qui suis - je? Qui est Guzman? Et qui était l'homme qui fumait sur le Titanic?".
Le médecin devient alors suspendu aux lèvres du prisonnier et se plait à écouter la grande histoire de la vie de Guzman.

Quand on commence à lire ce roman et qu'on arrive aux trois fameuses questions, on ne peut que continuer à lire. Qui est Guzman et qu'est - ce qu'il vient faire là - dedans? De même, quel rapport avec un homme qui fumait sur le Titanic? On est en pleine guerre mondiale, là où s'affrontent les troupes italiennes et les troupes autrichiennes, on ne peut être qu'intrigués par ces questions, bien loin des préoccupations d'alors.
On lit alors avec délectation l'histoire de ce "Guzman", dans l'espoir de pouvoir trouver nous - mêmes les réponses à cette énigme.
Je dois avouer que sans ces trois questions de départ, la vie de Guzman aurait paru un peu sans intérêt.

Parallèlement à cette histoire, il y a le personnage de Jacob. Sa mission de médecin de guerre qui s'apparente plus à un accompagnant vers la mort, sa propre histoire personnelle, sa vie qui vole en éclats, la perte de sa femme et sa future mission d'après guerre. J'ai beaucoup aimé ce personnage, généreux, droit, loyal mais aussi triste, mélancolique.

Le prisonnier. "Qui suis - je". En effet, tout le long du roman, on s'interroge sur son identité et sur la raison pour laquelle il raconte tout ça.

C'est donc une histoire très bien ficelée, qui garde son mystère jusqu'au bout, ce qui tient le lecteur en haleine du début à la fin. Le roman se déroule sur quelques heures, quelques heures pour l'histoire de toute une vie.

Ma note : 4/5 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...