mardi 19 mai 2015

Hollow City (Miss Peregrine et les enfants particuliers 2)



Les enfants particuliers sont désemparés : Miss Peregrine, changée en oiseau, est prisonnière de son état, suite à l'attaque des Estres, des âmes damnées. Ils n'ont plus qu'un espoir : trouver une Ombrune susceptible de redonner à la directrice de l'orphelinat sa forme humaine. 
Après avoir essuyé une tempête entre Cairnholm et le continent, le petit groupe d'enfants échoue sur une rive de Grande - Bretagne, en 1940, alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage. Aussitôt pris en chasse par des Estres déguisés en soldats, ils se réfugient in extremis dans une boucle temporelle. Là, vit une curieuse ménagerie d'animaux singuliers. Parmi eux, Addison, un chien parlant, leur apprend que Miss Wren, la dernière Ombrune en liberté, est partie libérer ses soeurs à Londres. Il devient urgent pour les enfants particuliers de rejoindre la capitale. 


J'avais adoré le Tome 1, c'était un vrai coup de coeur. Moi qui lit très rarement des "sagas", j'avais hâte de lire la suite.

On retrouve Jacob et ses nouveaux amis en 1940, s'enfuyant de leur île pour la Grande - Bretagne. Ils doivent aller à Londres pour trouver une Ombrune qui pourrait aider Miss Peregrine à reprendre sa forme humaine.
Leur périple n'est pas sans obstacles, loin de là. Les Estres se cachent partout, il faut être vigilant, constamment sur ses gardes pour ne pas se faire piéger.
Arriveront - ils à destination à temps? Miss Peregrine sera - t - elle sauvée?

Ce tome est plus dans le "fantastique" que le premier. La rencontre avec un chien parlant et une ému-rafe par exemple... J'ai du mal à accrocher avec ce genre de choses. Peut - être mon imaginaire n'est - il pas assez développé? Peut - être suis - je trop terre - à - terre?

Même si ces passages n'étaient pas ma tasse de thé, j'ai encore une fois été embarquée par le rythme de l'histoire. J'ai lu aussi vite que je pouvais comme si cela allait aider les enfants à aller plus vite. Haletante, j'avais peine à reprendre mon souffle. C'est dingue comme on peut s'attacher à cette histoire, à ces enfants...

Grande erreur de ma part : dans mon billet concernant le tome 1 , j'ai omis de parler des photos. Ces romans sont illustrés de photos, de vraies photos recueillies dans divers endroits, des photos qui donnent plus de poids à l'histoire, qui rendent les personnages et la fiction plus proches de nous.

Ma note : 4/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...