vendredi 15 mai 2015

Chrysis



Quatrième de couverture : Paris, 1925, Gabrielle "Chrysis" Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à l'atelier de peinture des élèves femmes de l'Ecole des beaux - arts pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de Georges Braque. Exigeant, colérique, cet octogénaire, qui règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes, va vite réaliser que Chrysis n'est pas une élève ordinaire. Précoce, ardente et véritablement talentueuse, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu social et un monde de l'art où les hommes ont tous les privilèges. Elle va bientôt se perdre dans des plaisirs désinvoltes et devenir l'une des figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des Années folles. C'est là qu'elle va rencontrer Bogey Lambert, cow - boy américain sorti de la Légion étrangère, et vivre un amour fou.

Le roman commence dans le Colorado où l'on fait connaissance avec Bogart Lambert. A peine sorti de l'adolescence, Bogey, comme on l'appelle, décide de rejoindre la France pour y intégrer la Légion étrangère afin de combattre aux côtés des Alliés. Avec Crazy Horse, son cheval, il part donc vers un terrible voyage.
De son côté, Gabrielle mène une vie paisible auprès de ses parents. Elle dessine aux côtés de son père qui peint les paysages alentour, avant qu'il ne parte lui aussi à la guerre...
La guerre terminée et le colonel revenu, il lui raconte la belle histoire de guerre que sa fille veut entendre : celle d'un courrier cow - boy et de son cheval.

J'ai beaucoup aimé ces pages où l'on découvre les personnages principaux de ce roman. Bogey est un jeune homme charmant, que l'on aime tout de suite. Il est courageux et déterminé, on le suit avec passion galoper vers sa destinée.
Gabrielle est une jeune fille délicieuse, pleine de vie et d'énergie et qu'on envie. Elle a tout pour elle: des parents aimants, une jolie maison et une passion, l'art.

C'est ainsi que Gabrielle intègre l'Ecole des beaux - arts dont l'atelier des femmes est dirigé par un vieil homme réputé pour sa dureté. Gabrielle n'a pas froid aux yeux et tout en apprenant les techniques liées à la peinture, elle cherche son propre style, quitte à s'éloigner des convenances de l'époque. Pour faire vivre sa peinture, elle cherche à vivre elle - même. Vivre des expériences inconnues jusque là et d'où jaillira la véritable "Chrysis", deux femmes en une seule.
De son côté, Bogey arrive à Montparnasse après cinq ans vécus hors de la France. C'est là qu'il rencontrera Chrysis, la femme de sa vie...

Bogey est toujours ce charmant jeune homme, gentleman, plus mature mais aussi plus grave et aux sentiments enfouis en lui. Je garde de lui l'image d'un homme presque parfait, peut - être trop beau pour être vrai.
On découvre la face cachée de Gabrielle, bien au - delà des convenances exigées par son milieu : sa fougue, sa soif de liberté, une impudeur mais sans vulgarité.
On s'attache énormément à ce couple, en vivent leur passion. Il s'en dégage une intense sincérité, un charme absolu.
J'ai beaucoup aimé me plonger dans ce quartier des artistes, j'aurai bien aimé y être aussi. Un lieu plein de vie et de gaieté...peut - être suis - je aussi naïve que Gabrielle à un moment donné?

Chrysis a réellement existé, l'auteur a fait de nombreuses recherches sur cette artiste. Mais ce n'est pas une biographie, c'est une histoire romancée. Et une bien jolie histoire ! Même la raison de l'écriture de ce roman, que je vous laisse découvrir dans le préambule, est une bien "jolie" raison.

Ma note : 4/5 mais tout proche du coup de coeur!


1 commentaire:

  1. on a ce livre à la bib et ça fait un sacré moment qu'il me tente ^^

    et je vois que tu es en train de lire Miss Peregrine! j'ai adoré!

    RépondreSupprimer

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...