lundi 30 mars 2015

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la Tour Eiffel



Quatrième de couverture : Pour Providence Dupois, la vie, c'est un peu comme la mayonnaise : plus on s'agite et plus on a de chances de la réussir. Alors que la jeune et jolie factrice parisienne s'apprête à partir en Afrique chercher la petite fille qu'elle aime le plus au monde, un volcan islandais se réveille, paralysant l'ensemble du trafic aérien européen. D'aéroport en monastère tibétain, commence alors pour elle le plus haletant et le plus prodigieux des voyages. L'amour donne des ailes. Etes - vous prêt à vous envoler?

Léo, contrôleur aérien, entre dans un salon de coiffure. Et que fait - on dans un salon de coiffure bien souvent (mis à part se faire couper les cheveux)? On parle, on cause, on discute, blablabla ...
Léo va donc raconter au coiffeur l'histoire incroyable qu'il vient de vivre. Celle de Providence et de son voyage dans les airs. 

Providence a promis à la petite fille qu'elle vient d'adopter de venir la chercher ce jour - là, au Maroc. De plus, c'est une question de vie ou de mort, la petite est atteinte d'une grave maladie. Malheureusement, le trafic aérien est bloqué à cause d'un nuage de cendres. Providence ne peut se résoudre à abandonner sa fille et à rompre sa promesse. Il faut qu'elle puisse aller au Maroc coûte que coûte ! 

Alors, elle a une idée ! Elle va apprendre à voler ! Rien de plus simple, il suffit d'aller voir Maître Huong dans son cagibi à Barbès puis des moines tibétains qui fabriquent des vêtements au fromage. Ben oui ... 

L'histoire de Providence et de la petite fille est très belle et très émouvante. C'est une jolie rencontre que ces deux êtres. Providence est déterminée et on sent tout l'amour qu'elle porte pour elle. Malgré tout, l'auteur raconte cette histoire avec beaucoup d'humour. Peut - être trop d'ailleurs. Au début du roman, j'ai beaucoup ri et je me suis dit "Bien, c'est un roman rempli d'humour, j'aime bien". Et puis, quand c'est à chaque phrase (j'exagère un peu), ça devient lassant et pour le coup, beaucoup moins drôle. Trop d'humour tue l'humour. 

J'ai donc été un peu moins enthousiaste dans la suite de ma lecture. Pourtant, je ne l'ai pas lâché ce livre. D'abord, il est très bien écrit. Et puis, l'histoire est tellement loufoque qu'on a envie de savoir où tout cela va nous mener, jusqu'où l'auteur va aller dans sa folie? 

Et là, on ne regrette pas. Je ne pensais vraiment pas être aussi étonnée par la fin de l'histoire. Je pensais même que j'allais être déçue par ce roman. Alors, quelle belle surprise ! Finalement, après être passée par un tas d'émotions différentes, c'est une belle découverte. 

Ma note : 4/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...