mardi 27 juin 2017

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre...
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule? Pourquoi le personnel de l'hôpital semble si peu à l'aise avec l'identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans?
Pour Sarah, c'est le début d'une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l'île de l'Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d'un journaliste d'investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l'une des questions qui hante chacun d'entre nous : la vie après la mort...
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question!



À vrai dire, cela fait déjà un moment que je l'ai lu, quelques mois...oui j'ai pris énormément de retard sur mes chroniques. Donc, je n'irai pas jusqu'à dire que j'ai oublié mais disons que ce petit compte-rendu sera peut-être court. 

Ce thriller commence très bien puisqu'on est de suite captivés par l'histoire : un cadavre est découvert dans un hôpital psychiatrique, celui d'un patient nommé 488. En effet, personne n'a eu connaissance de son identité depuis qu'il est entré ici il y a trente-cinq ans et son surnom vient de la cicatrice qu'il possède sur le front: 488. 

Au cours de son enquête, l'inspectrice Sarah Geringën va croiser le chemin de Christopher, un journaliste français dont le frère est tragiquement mort dans un accident de voiture. Ce qu'ils vont découvrir tous les deux vont les amener à enquêter ensemble et surtout, à enquêter vite lorsque le neveu de Christopher est kidnappé par un certain Lazar.

Beaucoup d'énigmes et de suspense qui donnent à ce thriller un rythme soutenu. On a rarement le temps de se reposer, tout comme les personnages du roman. Il faut avancer vite car le temps est compté. Il faut réfléchir malgré l'invraisemblance des découvertes, une réalité presque pénible parfois. Connaître la vérité a un prix...

Le fond de l'histoire est vraiment intéressant d'autant plus que l'auteur s'est inspiré de faits historiques. Un mélange de science, de psychologie et de théologie. 

Pour autant, même si j'ai bien accroché, je suis un peu déçue par l'action finale, un peu trop "américanisée" à mon goût. Et la prévisibilité de la relation entre l'inspectrice et le journaliste m'a laissé de marbre.

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois (491 pages)



Du challenge thriller et polar



Et du Défi Lecture 2017, Catégorie 29 : un livre se déroulant dans un hôpital psychiatrique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...