jeudi 2 mars 2017

Journal d'un vampire en pyjama

" Ce livre est le vaisseau spécial que j'ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent.
Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d'amour aussi.
Ce journal est un duel de western avec moi - même où je n'ai rien eu à inventer. Si ce n'est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon coeur." Mathias Malzieu


Mathias Malzieu nous offre un roman assez différent de ce qu'il a l"habitude dans la mesure où il s'agit d'un journal et pas n'importe lequel. Il nous raconte son combat contre la maladie qui vient de se révéler à lui. En plein tournage pour le film "Jack et la mécanique du coeur", il apprend qu'il est gravement malade et qu'il lui faudra sans doute une greffe de moelle. C'est donc un roman très personnel. 

Rien qu'au titre, je reconnais déjà les mots de Mathias Malzieu, un titre qui lui ressemble tout à fait, sur le fond et sur la forme mais ici ce n'est pas "à fond la forme". Hélas, en matière d'humour, je ne l'égale pas, c'est sûr. Car malgré la gravité de ses maux, il n'est pas avare en matière d'humour. Outre l'humour, je suis toujours impressionnée par sa maîtrise des mots, soumise aux sons poétiques de son maniement du langage, sous le charme de la langue "malzienne". Il pourrait rendre l'histoire de l'ascension d'une montagne par un escargot passionnante, même en 200 pages. Si, si!
C'est un peu ce qu'il se passe ici. En soi, le vécu d'une maladie n'est pas facile à raconter. On peut vite plonger dans le pathos, le larmoyant ou l'ennui total, la malaise...Pour lui, écrire sur sa maladie est un moyen d'y survivre, de la combattre, un moyen de ne pas tomber dans le désespoir et la solitude de sa chambre stérile. Pour le lecteur, au prime abord, il y a peu d'intérêt sauf si l'on s'intéresse de près au sujet. En ce qui me concerne, ce n'est pas le genre d'histoire qui m'attire. Sauf quand c'est Mathias Malzieu qui l'écrit! Son histoire est avant tout une histoire humaine : la sienne mais aussi celle du personnel soignant qui l'accompagne. 

Ce roman en quelques mots : un petit repas fantaisie, un grand appétit des mots où l'on grignote tranquillement humour et poésie. En voici quelques amuses -gueule :
"Ils pilotent des canots de sauvetage avec de tout petits gouvernails dans des tempêtes de détresse".
"J'imagine le cambriolage de la banque de sperme par un gang de veuves. Elles sont cinq, armées de pistolets et de glacières. Elles ont mis du rouge à lèvres et se sont bien coiffées parce que c'est un rendez - vous terriblement romantique".
"Les infirmières portent des armoire à glace émotionnelles sur leur dos en souriant. Ce sont les grandes déménageuses de l'espoir. La nuit se dépigmente. Je vais essayer de rêver à une moelle mécanique greffée par une magicienne. Il suffirait de la remonter tous les matins pour qu'elle produise de nouvelles cellules. Je donnerais la clé à Rosy."



Lu dans le cadre du Défi Lecture 2017, Catégorie 23 : Un livre dont un des personnages est un docteur.

1 commentaire:

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...