mercredi 22 mars 2017

Belle époque

Paris, 1889. Maude Pichon s'enfuit à 16 ans de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage forcé et découvre Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l'Exposition universelle. Hélas, ses illusions romantiques s'y évanouissent aussi vite que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d'un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : On demande des jeunes femmes pour faire un ouvrage facile. Bienséance respectée. Présentez-vous en personne à l'agence Durandeau 27, avenue de l'Opéra, Paris. L'agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le faire-valoir. Etranglée par la misère, Maude postule...



Maude Pichon, 16 ans, quitte Poullan-sur-mer et part à la conquête du "rêve parisien". Malheureusement, c'est bien plus difficile qu'elle le croyait de vivre à Paris. Envolé son jolis rêve d'être vendeuse dans une boutique de luxe. Pour subvenir à ses besoins, elle devient un "repoussoir" : des clientes aisées viennent à l'agence Durandeau pour louer une jeune femme laide afin de mettre leur propre personne en valeur. Maude est vite engagée par la comtesse Dubern. Elle veut que Maude soit le faire-valoir de sa fille Isabelle mais Maude ne doit en aucun cas révéler la vérité à Isabelle. Présentée comme la nièce d'une amie proche, elle intègre le milieu de la comtesse, a le plaisir de mettre des robes luxueuses, même si elles sont moins jolies que celles d'Isabelle, de goûter des mets délicieusement raffinés, d'aller à l'opéra, aux bals...Mais l'amitié qui va se nouer entre Maude et Isabelle va devenir un véritable obstacle dans le rôle qu'elle doit tenir...

Quel beau moment j'ai passé avec ce roman! Facile de s'identifier à Maude Pichon quand on n'est pas issus de la haute! Comme elle, on s'imagine dans de jolies robes de soir, tenues agrémentées de luxueux bijoux et de coiffures sophistiquées, telle une princesse. Mais on redescend bien vite de son petit nuage. Quand tout est question d'apparences, de paraître aux yeux des autres pour espérer un mariage convenable, on remet sans rechigner nos vieilles guenilles ce que l'on souhaite au fond, c'est quoi? C'est l'amour. Oui, c'est un peu cliché, c'est vrai. Maude a pris du bon temps chez la comtesse, a goûté au luxe mais qu'a-t-elle gagné? Rien, bien au contraire! En prime, elle a perdu l'estime de Paul, un beau musicien du quartier Montparnasse. A mentir et à jouer à la petite bourgeoise, elle a perdu aussi une belle amitié. Evidemment, tout n'est pas sa faute, on peut la comprendre. Dès le départ, on sait qui sont les "méchants". Qui aurait l'idée de monter une agence pareille? Qui est le plus à blâmer? Le directeur de l'agence ou les clientes qui osent juger de qui sera la plus moche pour espérer être louée? La "Belle époque" n'est pas si belle...
Du reste, c'est une de mes époques préférées.
Un roman riche : comme une envie d'aller explorer le quartier des artistes, de pousser la porte d'un bar et écouter la musique ; comme une envie d'aller à l'opéra, entendre le frottement des froufrous, un éventail à la main ; comme une envie de jouer à Robin des bois, de redistribuer les richesses, de tirer les cheveux des pimbêches, celles qui s'estiment supérieures parce qu'elles sont bien nées. Pourquoi j'aime cette période? Et bien pour tout cela justement. La richesse du monde des "pauvres" : celui de l'art dans tous les domaines. La rêverie que provoque le luxe des autres. L'envie de faire évoluer les choses des deux côtés : exit les mariages de convenance, bonjour l'autonomie des jeunes femmes. Enfin, j'aurai rêvé de voir la tour Eiffel en construction. 

C'est un roman que l'on savoure avec délice, nous plongeant dans des sentiments multiples et contradictoires.

Inspiré d'une nouvelle de Zola qu'on peut lire à la fin. 

Lu dans le cadre du Défi Lecture , Catégorie 12 : un livre ado (young adult)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...