vendredi 15 janvier 2016

Un défi ou un écrit #2

Voici le défi d'Agoaye pour cette semaine 2 :



J'ai voulu faire le troisième mais je n'ai pas eu le temps pendant ma pause (je devais travailler!).

Mais voici ma lettre pour le premier :

Ma petite Lucie,
Je n'ai pas trop de souvenirs de toi ou en tous cas très peu. Tu étais plutôt gentille et extrêmement discrète. En classe de maternelle tu ne parlais pas : en grande section, tu n'as jamais prononcé un mot à Jeanine, ta maîtresse. En CP, tu as fait pipi dans la classe car tu n'avais pas osé demander l'autorisation d'aller aux toilettes. En CE1, tu as pleuré car tu avais oublié ton cartable. 
Puis, tu as pris un peu plus d'assurance au fil des ans : en CM2, tu étais le personnage principal d'une pièce de théâtre.

Tout le monde disait que tu étais sage...la famille, les enseignants. Une vraie petite fille modèle. En réalité, tout ce que tu faisais, c'était cacher tes émotions. Il fallait être obéissante, écouter les consignes, pour faire plaisir et correspondre aux attentes.

Saches que tout était parfait. Tu ne pouvais répondre mieux à ce que l'on attendait de toi. 
Saches que tout ceci a fait de toi ce que tu es devenue aujourd'hui : une maman qui essaie de faire du mieux qu'elle peut avec ses filles. Même si tu voudrais qu'elles soient gentilles, polies, agréables, qu'elles travaillent bien...tu ne veux pas qu'elles grandissent dans la peur du regard de l'autre, dans la peur de la punition. Tu souhaites qu'elles puissent s'exprimer librement, partager leurs joies comme leurs peines, leurs préférences et leur mécontentement sans craindre les réactions d'autrui. 

Je ne me souviens pas si tu te sentais heureuse ou malheureuse. Sûrement ni l'un ni l'autre. Je souhaite que tes filles s'en souviennent, elles. 

Tu voulais être médecin sans frontières et adopter un enfant du Tiers - Monde. Tu voulais prendre soin des autres. En quelque sorte, tu le fais aujourd'hui puisque tu prends soin des enfants que tu as en charge au travail.

Tu avais peur des Gremlins cachés sous ton lit alors tu dormais sous les couvertures.  
Tu voulais manger des gâteaux et des bonbons alors tu prenais souvent le goûter chez ta voisine. 
Tu appréhendais de demander des choses à tes parents alors tu passais par la fenêtre pour aller jouer et tu invitais tes copines sans prévenir. 

Tu étais pour beaucoup d'enfants un modèle et un exemple à suivre. Tu faisais ce qu'on te demandait, tu répondais aux attentes de la famille et de la société. Ne t'en veux pas, tu as fait ce que tu pensais être le mieux pour tout le monde. N'en veux pas non plus à tes parents, ils pensaient sûrement faire aux mieux aussi. 
Le principal c'est ce que tu es devenue aujourd'hui, grâce à cette petite fille : cette maman, aussi bienveillante que possible (parce que parfois, c'est dur) avec ses enfants. 

Je t'embrasse,

MOI





9 commentaires:

  1. le pardon à l'enfant que l'on était : une étape des plus compliquée ! très jolie lettre !

    RépondreSupprimer
  2. J'aurai pu écrire tout un tas de passages de cette lettre. Touchante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)Oui j'ai remarqué dans les lettres que j'ai lues qu'on était toutes un peu semblables quelque part ;)

      Supprimer
  3. Très belle lettre qui me rappelle l'enfant "trop" sage que j'étais ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Une très touchante lettre rempile d'amour et de compréhension...

    RépondreSupprimer
  5. Très jolie lettre, pleine de compassion et d'amour :)

    RépondreSupprimer
  6. La dernière partie de ta lettre est très importante, merci pour cette participation !!

    RépondreSupprimer
  7. Ta lettre est toute douce, c'est bon de mettre des mots sur toute ces situations passées.

    RépondreSupprimer

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...