mardi 29 septembre 2015

Projet 52 : Dans ma cuisine

Le thème de la semaine dernière : Dans ma cuisine


Il s'agit du haut du frigo : une petite fiche récapitulative pour lutter contre la néophobie. 

Depuis assez longtemps maintenant, plus d'une année en tout cas, A. a quelques "soucis" avec la nourriture. Après être longtemps restés désemparés face à cette situation et après de nombreux conflits à table, j'ai posé cette fiche sur le frigo. Surtout pour nous rappeler que cela ne sert à rien de s'énerver sinon de causer encore plus de problèmes alimentaires pour l'avenir. Son comportement à table varie assez souvent, on peut dire qu'elle a des "périodes". 
Elle a donc des périodes dites "bonnes" où elle va manger plutôt correctement, ce qui ne veut pas dire pour autant qu'elle mange de tout. La semaine dernière correspond à une bonne période. Dans son assiette, elle a souvent trois sortes d'aliments : viande ou poisson/féculent/légume. Dans une bonne période, elle va bien manger les deux premiers et goûter le légume qu'elle ne connaît pas beaucoup voire manger ceux dont elle a l'habitude. Et tout ça, dans le calme!
Dans des périodes plus sombres, elle ne mangera presque rien et les tensions sont plus nombreuses malgré nos efforts. 
Souvent, comme j'ai pu mettre les liens dans mes résumés de la semaine, j'ai tenté de nouvelles recettes, parfois avec succès et d'autres fois, non. Dans ces cas - là, pour lutter contre la néophobie, le refus d'un nouvel aliment, je lui présentais ce qu'elle avait dans son assiette et puis je la laissais découvrir par elle - même en lui laissant le temps. Moi - même je mangeais, en y allant de mes petits commentaires "Mmmm, c'est bon". Elle finissait la plupart du temps par goûter et manger si cela lui plaisait. 

Plusieurs éléments sont également à prendre en compte pour les repas et qui sont loin d'être négligeables : La faim et la fatigue. Lequel de nous mange alors qu'il n'a pas faim? Avons - nous envie de manger lorsqu'on est fatigués? C'est évidemment pareil pour nos enfants. 
La semaine dernière, A. a réclamé le dîner plus tôt et elle a mangé!

Il n'y a pas de recette miracle mais il est important d'écouter l'enfant afin qu'il comprenne lui - même ce qui se passe dans son corps, qu'il puisse comprendre ses propres sensations. Que peut-il comprendre si on le force à manger sans faim? Est - ce vraiment une contrainte de dîner à 18h45 plutôt qu'à 19h30 (par exemple)?
Ecouter un enfant ne pas dire satisfaire tous ses désirs. D'ailleurs, il ne s'agit pas ici de satisfaire un désir mais de répondre à un besoin. 

J'espère que dans l'avenir, nous aurons plus de périodes "bonnes". C'est en bonne voie. 

Sur ce, bon appétit! 

C'était ma participation au Projet 52 de Milie.


2 commentaires:

  1. c'est surtout la fatigue qui fait des degats comportementals. le plus important c'est qu'elle goute, il faut gouter 15 fois jusqu'au qu'on aime quelque chose, alors de la patience :) la mienne etait terrible jusqu'au ses 2 ans, elle ne mangait rien de chez rien, mais maitenant elle mange très bien et elle gout tout. pour les légumes, c'est mieux si tu ne le cache pas que c'est des légumes (en soupe par example), le concombre c'est très apprecié par les enfants, avec un peu du sel et c'est tout! bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pourrai essayer les concombres pourquoi pas!

      Supprimer

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...