vendredi 7 août 2015

Plage



Quatrième de couverture : Un peu perdue sur une plage bretonne, une femme attend l'homme qu'elle aime. Il a promis de la rejoindre à la fin de la semaine, pour huit jours ensemble. Il est marié. Dans l'impatience heureuse, puis l'anxiété de cette attente, elle trompe sa solitude en regardant, en écoutant autour d'elle tous ces gens en vacances...Images et voix diverses qui font remonter en elle des souvenirs tantôt proches, tantôt lointains, qui, bientôt, lui parlent étrangement. Qu'il vienne ou non, cet homme attendu, elle ne sera plus jamais la même.

Pourquoi avoir choisi ce livre?
- Il était à la médiathèque dans un rayon spécial "Ces livres ne pouvant pas être ramenés dans leur bibliothèque d'origine, profitez - en pour les emprunter" (la navette entre les différentes communes est en vacances).
- Il s'appelle "Plage", c'était donc le bon moment pour le lire.
- Il se passe en Bretagne!

Anne, la narratrice, est en vacances en Bretagne. Pour l'instant seule, son compagnon, marié, doit la rejoindre en fin de semaine. L'occasion pour elle de profiter de sa solitude pour une petite introspection.
On découvre une jeune femme intelligente mais qui manque véritablement de confiance en elle. Elle inspire naïveté, crédulité, faiblesse ; on peut avoir une image assez négative de ce personnage. Les remarques de sa mère, à travers ses souvenirs notamment, accroissent ce sentiment d'infériorité.

Sur la plage, face à elle - même, elle a le temps de penser. Penser à son enfance, à l'amour de son père, au désamour de sa mère. Penser à son amant, à leur rencontre et à leurs retrouvailles prochaines. Penser aux gens autour d'elle : que font - ils là? Que font - ils de leur vie, sont - ils heureux, malheureux? Penser à elle, à ce qu'elle est devenue au fur et à mesure de ces années? Penser à ce qu'elle deviendra s'il ne vient pas...

Les jours passent, à la plage. Elle nous décrit ses sentiments, elle décrit les passants, les voisins de plage, elle dépeint ses souvenirs. Comme les pensées affluent lorsque l'on se retrouve seule, dans le silence, sans rien avoir à faire.

En lisant ce roman, je me suis dit que j'aurai pu l'écrire ; c'est tout à fait mon style. Le personnage est sympathique malgré tous ses "défauts" et on est ravi de son évolution au fil des pages. Cependant, je reste sur un sentiment d'inachevé par rapport à son histoire. J'aurai aimé en savoir plus. Même si le mystère est parfois bon pour l'imagination, il en reste trop pour moi en ce qui concerne ses relations.

Ma note : 3/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...