lundi 17 août 2015

Maman a tort



Quatrième de couverture : Quand Malone, du haut de ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire, le croit. Il est le seul...Il doit agir vite. Découvrir la vérité cachée. Trouver de l'aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s'effacent. Ils ne tiennent plus qu'à un fil, qu'à des bouts de souvenirs, qu'aux conversations qu'il entretient avec Gouti, sa peluche. Le compte a rebours a commencé. Avant que tout bascule. Que l'engrenage se déclenche. Que les masques tombent. Qui est Malone? 

Tous les soirs, Malone écoute les histoires de Gouti, son doudou. Et puis parfois, il raconte des morceaux d'histoire à Vasile, le psychologue de l'école. Vasile en est persuadé, le gamin ne peut avoir tout inventé! Il contacte alors Marianne Augresse pour lui expliquer le cas de Malone et son inquiétude. Mais Marianne est déjà bien accaparée par cette affaire de braquage à Deauville et écoute le psy d'une oreille bien distraite. Un psy qui croit un enfant qui parle à son doudou...il y a plus urgent pour elle. Malgré tout, elle ne peut s'empêcher de penser à Malone...ne devrait - elle pas prendre son histoire plus au sérieux?

Au début, c'est un peu confus...une dame avec un enfant à un aéroport, des flics qui montent des marches et qui trouvent un doudou, une conversation avec un enfant... Un peu confus donc, mais tellement intriguant! On accroche bien vite à l'histoire et il est presque impossible de lâcher le livre. Quand on arrive aux véritables questions, aux mystères à résoudre, on ne pense plus qu'à cela! A chaque révélation, c'est comme si on comblait un manque. Mais surviennent alors d'autres interrogations. Lorsque l'on croit qu'on commence à comprendre, de nouveaux indices sèment le doute. J'ai eu de fortes suspicions sans jamais pouvoir deviner par moi - même. Le suspense était à son comble.

Ce roman est captivant et addictif. On en redemande encore et encore...D'autant plus qu'il est impossible de ne pas s'attacher à cette histoire, celle d'un enfant de 3 ans. La maternité est omniprésente : désir d'enfant, perte d'enfant, stérilité, parents adoptifs...
De plus, l'intérêt est d'autant plus vif que ce roman se base sur la science de la mémoire et ajoute donc une certaine valeur et crédibilité.

Un vrai coup de coeur pour ce roman qui me conforte dans l'idée de lire encore cet auteur. J'évoquerai tout de même un petit bémol pour ma part : le dernier chapitre, chapitre 76. Une petite déception pour moi, j'ai trouvé cela trop "gros".

Ma note : 5/5

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois (509 pages)



Et du challenge Thriller et polar


L'avis de Maryline ici

1 commentaire:

  1. J'ai beaucoup aimé ce livre aussi, que j'ai eu la chance de lire en avant-première.

    RépondreSupprimer

Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...