mercredi 22 avril 2015

Chambre 2



Quatrième de couverture : Chaque jour, recommencer : chambre 1, chambre 2, chambre 4, chambre 12...Béatrice, auxiliaire de puériculture dans une maternité, est chargée de veiller sur les nouvelles mamans. Une expérience bouleversante pour cette jeune femme vulnérable. La naissance n'a rien du conte de fées promis et l'accouchement met parfois le corps au supplice. Ancienne danseuse nue itinérante dont la vie était rythmée par le son du violon, Béatrice pensait trouver dans son nouveau métier une vie plus "normale". Mais, plus que jamais, elle doit composer au quotidien pour harmoniser les soubresauts des âmes et des corps...

Dans ce roman, on passe du présent au passé et du passé au présent de Béatrice. Béatrice, danseuse, qui vivait heureuse sur les routes avec Gabor et ses enfants. Béatrice qui a dû se sédentariser et qui est devenue auxiliaire de puériculture. 
Ce roman, c'est l'histoire du personnage de Béatrice et du malheur qui résulte de l'abandon de ses rêves.
C'est aussi l'histoire de plusieurs femmes : celle qui a perdu un bébé, celle qui a eu un accouchement de rêve, celle qui ne sait pas si elle va réussir à s'occuper de son bébé, etc... 

Si, au début, j'ai eu un peu de mal à accrocher avec les parties concernant le passé de Béatrice, cela n'a pas duré longtemps. J'ai eu envie de savoir comment et pourquoi elle en était arrivée là, dans cette maternité alors que visiblement, cela ne lui plaît pas plus que ça. J'ai eu envie de savoir ce qui était arrivé à son amoureux et père de ses enfants, Gabor. Car ce roman, pour moi, raconte une grande histoire d'amour. Amour d'un homme mais aussi amour d'un métier et amour maternel. Il raconte aussi la perte, le deuil et le grand vide que cela engendre.
En revanche, j'ai été assez déçue en ce qui concerne les chapitres concernant les femmes rencontrées à la maternité. Beaucoup d'histoires individuelles fort intéressantes mais finalement pas assez développées. J'aurai facilement lu un roman plus long et plus dense d'autant plus que l'auteur se base sur sa véritable expérience d'auxiliaire. 

Et, chose somme toute pas si courante en ce moment, j'ai aimé la fin! Pour une fois, je lis une belle fin, qui n'en dit pas trop, qui nous laisse imaginer... et ça, j'aime! 

Tout de même un 4/5 pour ce roman. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...