lundi 13 avril 2015

Un jour avant Pâques



Quatrième de couverture : Au bord de la mer Caspienne, un jeune garçon découvre les prodiges minuscules de l'univers, comme la visite d'une coccinelle ou les joies et jeux de l'enfance avec son amie Tahereh. Lui est Arménien. Elle, fille du concierge musulman de l'école.
Ainsi se côtoient dans la petite communauté arménienne, entre l'église, l'école et le cimetière, chrétiens et musulmans, crispations anciennes et libres aspirations.
Pâques, c'est la fête des oeufs peints, des pensées blanches, des pâtisseries à la fleur d'oranger. C'est aussi l'occasion d'allers et retours entre passé et présent, entre Téhéran et le village de l'enfance - tout un quotidien dessiné avec virtuosité, un art précieux du détail et beaucoup de finesse. 

Je pense que je n'aurai jamais emprunté ce livre s'il n'avait pas été dans la sélection du moment sur le thème de "Pâques". Et je l'ai pris, sans même regarder de quoi cela parlait. Une vraie surprise.

C'est Edmond, un jeune garçon arménien, qui raconte son histoire. Sa maison dans le petit village où il habite, près de l'école et du cimetière. Son amie, Tahereh, musulmane, avec qui il joue pendant et après l'école. Sa grand - mère qui veut que tout le monde respecte les traditions. Sa mère qui ne veut se soumettre à personne.
Edmond grandit, se marie, a une fille. Il raconte son quotidien avec sa femme, ses affrontements avec sa fille. Il se replonge dans ses souvenirs d'enfant.

C'est une histoire de famille, une histoire de culture. Une histoire de relations et une histoire de religion. Une histoire de tradition et une histoire d'évolution.

C'est un joli roman tout en sobriété. Un personnage principal attachant dans ses jeux, ses pensées et ses sentiments. Le quotidien d'un petit garçon puis d'un homme en Iran, avec ses hauts et ses bas : cela peut paraître ennuyeux. Or, on ne s'ennuie pas du tout.
Une écriture simple, sans artifices. Des pages qui se laissent lire aisément. Un parfum de fleurs d'oranger nous chatouille les narines tandis que les spécialités arméniennes nous mettent l'eau à la bouche. Un roman tout en charme, tendresse et simpicité.

Ma note : 4/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Arrêtez-moi

Que feriez-vous si vous connaissiez le jour et l'heure exacts de votre mort? Pour Charlie Grant, ce sera le 21 janvier à 8 heures préci...