jeudi 12 mars 2015

Fleur de Tonnerre



Quatrième de couverture : Ce fut une enfant adorable, une jeune fille charmante, une femme compatissante et dévouée. Elle a traversé la Bretagne de part en part, tuant avec détermination tous ceux qui croisèrent son chemin : les hommes, les femmes, les vieillards, les enfants et même les nourrissons. 
Elle s'appelait Hélène Jégado, et le bourreau qui lui trancha la tête le 26 Février 1852 sur la place du Champs - de - Mars de Rennes ne sut jamais qu'il venait d'exécuter la plus terrifiante meurtrière de tous les temps. 

Hélène écoute sa mère raconter la légende de l'Ankou : "Se promenant en Bretagne avec sa charrette, il la charge des corps [...] de toutes celles, ceux, qu'il fauche dans distinction". "Il les fauche, c'est tout. De maison en maison, c'est son travail, à l'Ouvrier de la Mort". 
C'est ainsi qu'Hélène commence également son "travail". Se faisant embaucher comme cuisinière dans différentes maisons, à Guern, Bubry, Auray, Pontivy, Locminé, Hennebont, Lorient, etc..., elle fauchera elle aussi leurs habitants.

J'avais noté ce titre en lisant le blog de Wonderfulbreizh (en Juin donc ...) et enfin je l'ai lu ! Je suis tombée dessus à la médiathèque, coup de chance ! 

Je dois dire que lorsque j'ai commencé ce livre, j'ai eu du mal à me mettre dedans. Je ne m'attendais certainement pas à une écriture aussi soutenue, avec beaucoup de longues phrases, de vocabulaire recherché. Sitôt passé l'étonnement, j'ai lu avec plaisir l'histoire de cette "faucheuse" ainsi que les nombreuses références aux légendes bretonnes, certaines bien connues, comme l'Ankou ou alors la danse des Korrigans et d'autres que j'ai apprises au fil du roman. J'ai parfois buté sur des phrases ou des mots de vocabulaire (on apprend toute sa vie) mais cela n'a pas empêché ma lecture. 

Le personnage d'Hélène est fascinant. Tant de beauté (elle est souvent comparée à une sirène ou une fée) en elle et tant de cruauté en même temps. Tant d'indifférence pour ces gens auxquels elle ôte la vie et tant de volonté d'accomplir sa tâche. Toute sa vie est dévouée à la mort ! Elle n'en épargnera qu'un seul car malgré tout, dans cet être en apparence dénué de sentiments, se cache une infime partie capable d'aimer. 

Le roman commence et se termine avec les mêmes personnages, celui d'Emilie, qu'elle n'a pas réussi à tuer dans sa jeunesse, quel grand regret, ainsi que deux Normands qui deviendront Bretons à force d'y traîner leurs pieds...Ces deux derniers, nous les retrouvons en fait à chaque chapitre. Ce sont un peu les "bouffons" du roman, ils sont drôles et véritablement porteurs de malchance. Je ne vais spoiler mais disons qu'ils ont tous leur importance. 

En définitive, j'ai bien aimé ce roman historique breton. J'ai découvert l'histoire d'Hélène Jégado, que je ne connaissais pas, enrichi mes connaissances des légendes et superstitions bretonnes en même temps. J'ai aimé le fait que cela se passe dans des villes que je connais (nous habitions Lorient il y a encore 1 an). Je relirai avec plaisir un roman de ce genre. 

Ma note : 4/5

1 commentaire:

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...