mardi 10 mars 2015

Nos étoiles contraires



Quatrième de couverture : Hazel est malade. Gravement. Augustus est en rémission. Elle a 16 ans, lui 17. Dès leur rencontre, en groupe de soutien, il est charmé par son originalité, elle est séduite tout court. Ils ont le même humour, le même regard sans concession et leur complicité est immédiate. C'est le début d'une magnifique histoire d'amour et d'amitié. 

La mère d'Hazel s'inquiète, elle pense que sa fille fait une dépression. Elle l'encourage vivement à sortir, se faire des amis, avoir une vie sociale ... Hazel n'en a pas tellement envie, ce qu'elle aime, c'est se plonger dans un livre. Elle se résigne tout de même à aller au groupe de soutien qu'elle déteste et qu'elle n'écoute même pas. Ce jour - là, il y a un nouveau : Augustus, qui la fixe intensément. Ensemble, ils vont partager ce qu'ils aiment : leurs romans préférés, les jeux vidéos... et tenter de réaliser le rêve d'Hazel, aller à Amsterdam rencontrer l'auteur de son roman favori. Parce que l'avantage, quand on a un cancer, c'est qu'on peut nous aider à réaliser nos rêves. 

Je n'avais entendu que du bien de ce livre et je n'ai pas vu le film donc je me suis décidée à le prendre. C'est donc avec enthousiasme que j'ai commencé ma lecture. Malheureusement, j'ai été un peu déçue.

Le livre est très bien écrit et se lit très rapidement. J'ai suivi l'histoire d'Hazel et Augustus, mélange d'humour, d'espoir, d'optimisme et de tristesse aussi mais j'ai réellement été embarquée dans le dernier tiers. Pourquoi? A vrai dire, je ne sais pas trop. Peut - être parce que la mère d'Hazel est trop envahissante (je me suis retrouvée comme une ado persécutée), peut - être parce que son père est tellement sensible qu'il m'a semblé un peu trop éloigné de l'image de "mon papa, c'est le plus fort"... Quant aux sentiments des deux adolescents, ça ne m'a fait ni chaud ni froid.

Mais j'ai aimé l'amour des livres d'Hazel et si son roman préféré existait, j'aurai aimé le lire. J'ai aimé son voeu, celui de rencontrer l'auteur de ce fameux roman tant et si bien que j'ai été aussi déçue et dégoûtée qu'elle lorsqu'elle se rend compte de la "vérité". J'ai aimé son rapport à la maladie, sans tragique, sans apitoiement ; sa façon d'aborder et de parler de la mort.

Il s'agit d'un sujet sensible. Certains pourraient se sentir mal à l'aise à la lecture d'un roman qui traite du cancer (ça pourrait d'ailleurs être mon cas) mais pas avec celui - ci. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à mes propres enfants bien sûr, au fait que je serai accablée si cela leur arrivait mais ça ne m'a pas obnubilée non plus.

C'est un joli roman que les adolescents sauront apprécier.

Ma note : 3/5

L'avis d'Emeline et de Maryline : ici

1 commentaire:

  1. J'ai vu le film il y a peu et j'ai vraiment aimé, j'ai maintenant bien envie de lire le livre pour comparer.

    RépondreSupprimer

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...