lundi 8 décembre 2014

Constellation



Constellation, Adrien Bosc

Quatrième de couverture : Le 27 Octobre 1949, le nouvel avion d'Air France, le Constellation, lancé par l'extravagant M. Howard Hughes, accueille trente - sept passagers. Le 28 Octobre, l'avion ne répond plus à la tour de contrôle. Il a disparu en descendant sur l'île Santa Maria, dans l'archipel des Açores. Aucun survivant. La question que pose Adrien Bosc dans cet ambitieux premier roman n'est pas tant comment, mais pourquoi? Quel est l'enchaînement d'infimes causalités qui, mises bout à bout, ont précipité l'avion vers le mont Redondo? Quel est le hasard objectif, notion chère aux surréalistes, qui rend "nécessaire" ce tombeau d'acier? Et qui sont les passagers? Si l'on connaît Marcel Cerdan, l'amant boxeur d'Edith Piaf, si l'on se souvient de cette musicienne prodige que fut Ginette Neveu, dont une partie du violon sera retrouvée des années après, l'auteur lie les destins entre eux. "Entendre les morts, écrire leur légende minuscule et offrir à quarante - huit hommes et femmes, comme autant de contellations, vie et récit." 

J'avais repéré ce livre sur le blog de Bianca et il m'avait donné envie. Coup de bol, il était à la médiathèque, il m'attendait !

Constellation, c'est le nom de l'avion dans lequel ont embarqué 37 passagers et qui a disparu peu avant son atterrissage. L'auteur retrace le parcours de l'avion et l'enquête qui a suivi le crash pour comprendre ce qui s'est passé. Il nous parle aussi de tous ces passagers, célèbres ou anonymes, qui y ont perdu la vie brutalement.

Comme je le disais, ce roman m'avait fait de l'oeil mais j'ai été vraiment déçue. Je dirai que c'est un roman "intéressant" : j'ai été intéressée par l'enquête et par les personnages (j'ai même pu entendre le violon de Ginette Neveu avec un peu d'imagination) mais il m'a manqué quelque chose. Je n'ai pas trouvé que "l'auteur lie les destins entre eux" ou en tous cas, pas comme je l'aurai voulu. Pour moi, les chapitres étaient trop "cloisonnés" et pour certains personnages, il n'y avait pas assez de détails. Bien sûr, il doit être difficile d'avoir tous les éléments et l'auteur a fait un véritable travail pour reconstituer leurs histoires individuelles mais j'aurai aimé un peu plus de développements.

Ce roman a quand même reçu le prix de l'Académie Française mais je suis un peu passé à côté de dois dire. Pour son intérêt, je lui mets quand même la note de 3/5.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...