vendredi 5 décembre 2014

La consolante



Je voyais la petite fille que tu avais dû être, ou que tu aurais été si l'on t'avait permis, alors, de faire des farces...Assis derrière toi, je regardais ta nuque et je me disais : Est- ce - que c'est parce qu'elle a eu une enfance aussi pourrie qu'elle a enchanté la nôtre? 
Et je réalisais que j'étais en train de vieillir, moi aussi...
Plusieurs fois, je touchai ton épaule pour m'assurer que tu ne t'endormais pas et, à un moment, tu as posé ta main sur la mienne. Le péage me l'avait reprise, mais que d'étoiles autour du vaisseau cette nuit - là, hein? Que d'étoiles...

Oui, s'il y a un paradis, tu dois nous mettre une belle pagaille là - haut...
Mais...qu'y avait - il?
Qu'y avait - il après toi? 


Charles mène une existence confortable entre son travail, sa compagne et sa belle - fille, bien que son travail lui prenne tout son temps. Un soir après un repas en famille chez ses parents, il découvre une lettre à son nom. Une personne anonyme lui apprend le décès d'une certaine Anouk ...

Dès lors, Charles se transforme peu à peu. Bouleversé par cette annonce, il replonge dans ses souvenirs, avec nous. On en apprend un peu plus au fil des pages sur cette mystérieuse Anouk et sur l'enfance de Charles et de son ami Alexis, qui, c'est sûr, lui a envoyé cette lettre.
Bien qu'il ait voulu mettre au placard toute cette partie de sa vie, elle revient en flèche tel un boomerang jusqu'à remettre en cause son quotidien d'aujourd'hui.

Charles est un personnage sympathique, quelque peu torturé depuis l'annonce de ce décès. Les émotions  refoulées déferlent en lui et il va devoir les assumer pour pouvoir les vivre sainement. Grâce à Anouk, Charles va partir à la recherche de lui - même, celui qu'il avait laissé là - bas avec elle.

C'est un roman très agréable à lire même si au début, il fallait faire une petite gymnastique entre passé et présent. Pour une fois, je m'y suis fait assez vite.Il plane un certain mystère au sujet d'Anouk mais on comprend vite qu'elle a une importance capitale dans l'histoire de Charles.
 Malgré son nombre de pages, il se lit très vite.
On y parle d'amour, de pardon, de deuil, de renouveau mais aussi de joie.

Pas de coup de coeur mais un roman que j'ai pris plaisir à lire.

Ma note : 4/5




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...