mardi 13 mai 2014

Rebecca

Il y a quelques temps, j'avais vu ce challenge et j'avais hésité à y participer. Cela fait déjà un an qu'il a commencé et puis suite au deuxième bilan j'ai décidé de m'y inscrire. C'est un challenge illimité dans le temps dans lequel il faut lire pas moins de 100 livres : les 100 livres à lire au moins une fois. Parmi les livres de la liste, il y en a certains que j'ai déjà lu (mais que je devrais relire car mes souvenirs sont un peu flous sur certains). 

Le premier que j'ai décidé de lire et que je vais présenter ici est *Rebecca* de Daphné Du Maurier. J'ai le souvenir de l'avoir vu adapté à la télévision il y a quelques années. Aussi, j'avais hâte de le lire. 



Quatrième de couverture : 


Des les premières heures à Manderley, somptueuse demeure de l'ouest de l'Angleterre, le souvenir de celle qu'elle a remplacé s'impose à la jeune femme que vient d'épouser Maxim De Winter. Rebecca, morte noyée, continue d'exercer sur tous une influence à la limite du morbide. La nouvelle Mme De Winter, timide, effacée, inexpérimentée, se débat de son mieux contre l'angoisse qui l'envahit, mais la lutte contre le fantôme de Rebecca est par trop inégale.
Daphné Du Maurier, dans Rebecca, qui est sans doute le roman le plus caractéristique de son talent, fascine le lecteur et l'entraîne à la découverte d'inquiétantes réalités sans quitter le domaine familier de la vie quotidienne.

La jeune femme rencontre Maxim De Winter à Monte-Carlo alors qu'elle est demoiselle de compagnie. Après plusieurs jours passés à se promener et à discuter, Max lui demande de l'épouser et l'emmène dans son domaine: Manderley. La jeune femme, aucunement habituée à ce milieu de vie, a quelques difficultés à s'adapter. De plus, méconnaissant la tragédie que son époux a subi, elle ne comprend pas l'étrangeté des situations qui s'imposent à elle. Les jours passant et au fur et à mesure de petits évènements, elle va finalement prendre confiance et découvrir une vérité qu'elle ne s'était jamais imaginée. Son mariage y survivra-t-il?

D'abord, j'ai beaucoup aimé ce roman. Un registre soutenu, des mots bien choisis, des descriptions souvent poétiques, j'aurai bien été visiter Manderley ! J'ai aussi beaucoup aimé l'évolution du personnage. Très sincèrement, au début, elle m'agaçait cette jeune fille timide et maladroite. Je la trouvais vraiment "nunuche", j'avais parfois envie de la secouer ! Ensuite, j'ai éprouvé de la compassion pour elle : elle ne vivait pas des moments faciles et je trouvais franchement injuste ce qu'on lui faisait subir. Alors oui, elle était peut-être nunuche mais ce n'était pas une raison pour lui imposer cette souffrance. Et puis au fil du temps, elle mûrit, elle prend confiance en elle et finalement, on est presque fier d'elle !
Quant à son mari, je me suis souvent demandé s'il était amoureux d'elle et pourquoi il l'avait épousé. Son caractère lunatique, sa capacité à passer de l'affection à une froideur exagérée me rendait sceptique. Aimait-il toujours Rebecca? Parce que c'est quand même le titre du livre ... Rebecca. Rebecca est partout : dans le manteau du vestiaire, dans le courrier du petit salon, dans les menus du déjeuner, dans la maisonnette de la crique, sur la terrasse, sous le marronnier et dans les souvenirs de tous ! Comment se démarquer quand on est la deuxième femme (surtout quand on est timide et qu'on s'habille mal)? Comment imposer sa volonté face aux domestiques? Comment gagner l'amour de son mari et des amis? Comment vivre dans l'ombre de la première femme?

Un roman agréable à lire que je vous conseille fortement !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les âmes vagabondes

Il est temps que je me remette à mes chroniques car je suis très très en retard. Le livre qui suit, je l'ai lu en...Juillet! La Terre...