dimanche 11 février 2018

Un appartement à Paris

Paris, un atelier d'artiste caché au fond d'une allée verdoyante. Madeline l'a loué pour s'y reposer et s'isoler. À la suite d'une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain mysanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.
L'atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l'assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd'hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d'unir leur forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.
Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. 


Il fut un temps, dans ma jeunesse, où j'étais fan de Guillaume Musso. Et puis un jour, la passion s'affaiblit...jusqu'au au moment où j'ai renoué en lisant notamment Central Park ou encore L'instant présent. C'était reparti comme en 14, ou presque... Ni une ni deux, j'ai commandé celui-ci. Et puis le thème me plaisait, j'aime beaucoup l'art et la peinture alors il avait tout pour plaire.

Je suis vite redescendue de mon nuage.
La nana dépressive qui part en voyage à Paris pour fuir sa vie ratée et l'écrivain sauvage qui cherche l'inspiration...ou comment tomber dans les clichés. En plus, ils louent le même appartement, comme par hasard, à la suite d'une erreur de l'agence. D'une part, ce n'est pas très recherché et puis, on sait bien comment tout cela va finir...non?
Cela m'a un peu gâché l'histoire qu'il y a derrière tout cela, à savoir la recherche des toiles disparues du célèbre peintre Sean Lorenz et l'énigme autour de la mort ou pseudo-mort de son petit garçon.
Finalement, je me suis étrangement ennuyée et j'étais grandement déçue. Je le suis d'ailleurs toujours...j'ai comme l'impression d'avoir regardé un téléfilm sur TF1 un jour d'arrêt maladie...

Ainsi s'achèvera cette chronique un peu courte mais pour moi suffisante, pour ce que j'en ai à dire.
J'attends une bonne surprise pour le prochain!

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois (464 pages)


Et du challenge Thriller et polar


1 commentaire:

  1. Merci pour cet avis.
    N'étant pas fan de Guillaume Musso (mais de son frère Valentin, si), je passe sans souci.

    RépondreSupprimer

Un papillon sous la neige

À Boston, Nina, une ancienne étoile du Bolchoï surnommée Papillon, met aux enchères ses précieux bijoux, emportés lors de son exil. C'es...