samedi 10 octobre 2015

Dieu surfe au Pays Basque



Quatrième de couverture : De cette romance estivale sur fond de plages sauvages et de balades en scooter naît une histoire d'amour, et un désir d'enfant. Le jeune couple parviendra - t - il à conjurer les coups du destin, à préserver l'ivresse des débuts? Des souvenirs heureux aux épreuves du présent, Harold Cobert explore la vie conjugale du point de vue masculin. Mêlant dérision et tendresse, son échographie d'un père n'esquive rien, ni l'appréhension de la paternité ni la tragédie de la perte de l'enfant à naître. Avec pudeur, comme en équilibre sur la crête des séismes intimes, un roman paradoxalement drôle et bouleversant.

C'est l'histoire d'un couple : lui et sa femme. Elle est enceinte, il est heureux. Ensemble, ils attendent cet heureux évènement et surtout la première échographie pour clamer leur bonheur haut et fort. Mais ils sont angoissés face à l'attente du troisième mois d'autant plus que sa femme a déjà subi une énorme perte auparavant. 
C'est le moment pour lui aussi de replonger sans ses souvenirs : le jour de sa rencontre avec elle, l'amour de sa vie. 

On découvre une belle histoire d'amour, de celles qui durent et qui font du bien. Car oui, enfin, on voit que l'amour durable est possible (et qu'il ne dure pas seulement trois ans). D'ailleurs, heureusement que c'est un couple solide au vu des évènements pénibles qu'ils vont devoir affronter et qui pourraient en briser plus d'un. 

En tant que maman, je me suis beaucoup identifiée même si ce roman est le point de vue d'un homme. C'est d'ailleurs le point fort de ce livre : les sentiments masculins. De nos jours, les hommes sont beaucoup plus impliqués dans la grossesse mais lorsque surgit un malheur, on a tendance à se focaliser sur la douleur de la femme, en mettant bien malgré nous les sentiments de l'homme de côté. De même, c'est une tendance presque instinctive de cacher ses propres sentiments pour pouvoir soutenir sa femme. 

Dans ce roman, il est entièrement question de l'homme : de sa place, de ses envies, de ses questions, de ses sentiments. Tout en pudeur et en sobriété mais avec de la force et presque de l'agressivité parfois.

Beaucoup d'émotions en seulement 158 pages.

Ma note : 4/5

1 commentaire:

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...