mardi 30 juin 2015

Le mois anglais : L'Héritage

(524 pages)

Quatrième de couverture : Storton Mannor, Angleterre. Un somptueux domaine où les soeurs Calcott ont passé toute leur enfance, jusqu'à la disparition mystérieuse de leur cousin Henry.
A la mort de leur grand - mère, Beth et Erica reviennent au manoir, laissé à l'abandon depuis des années. En découvrant par hasard une étrange photo, elles vont mettre au jour un terrible secret, qui pèse sur leur famille depuis quatre générations.

J'ai eu un peu de mal au début mais je pense que c'est parce que j'avais la tête ailleurs...c'est un roman que j'avais pris au hasard, que j'ai commencé puis abandonné pour un autre que j'attendais depuis un moment. Puis, je l'ai repris quelques mois après, survolant les pages que j'avais lues...et ce deuxième essai a été plus que concluant car j'ai adoré!

Beth et Erica arrivent au manoir pour trier les effets de leur défunte grand - mère Meredith et pour décider si elles resteront dans la propriété ou si elles la mettront en vente. En effet, le testament stipule que le manoir leur appartiendra uniquement si elles y habitent. Mais ce lieu, qui a abrité leur enfance, est aussi le lieu où leur cousin Henry a disparu mystérieusement près de la mare. Enlèvement, accident? Erica est décidée coûte que coûte à savoir la vérité, cette disparition semblant être la cause de la dépression de sa soeur. En même temps, elle découvre dans le grenier des lettres, une photo et des biens ayant appartenu à Caroline, cette arrière - grand - mère antipathique et indifférente. Quels secrets cachait - elle pour être aussi odieuse?

L'histoire se déroule dans le présent avec Beth et Erica mais aussi dans le passé, celui de Caroline, en Amérique. Au fur et à mesure, les secrets se dévoilent, des secrets inavouables, odieux, qui expliquent pourquoi Caroline est devenue cette femme qu'elle n'était pas auparavant.

Le poids des secrets...Ces secrets qui détruisent tout...
Celui de Caroline, qui a détruit sa vie mais aussi celle de sa fille, Meredith.
Celui de Beth, qui l'a plongée dans la dépression.
Beth pourra peut - être retrouver une vie normale mais Caroline a passé son existence dans la culpabilité, le remords et la haine et rien ne pourra être réparé.

Les personnages sont extrêmement bien ficelés, très cohérents. Des personnalités fortes et fragiles à la fois. Les sentiments sortent des pages pour arriver jusqu'à nous, j'ai eu quelques fois les larmes aux yeux. L'histoire est tellement prenante que j'avais du mal à refermer le livre le soir. Du suspense qui dure, des vérités qui prennent forme petit à petit, des destins qui se dessinent peu à peu.

J'ai eu raison de reprendre ce livre et finalement, sans ce début râté, ce roman aurait été un vrai coup de coeur!

Ma note: 4,5/5

Lu dans le cadre du mois anglais et du Challenge 1 pavé par mois



2 commentaires:

  1. J'ai été un peu déçue par Pressentiments dont j'ai trouvé le rythme trop lent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai lu ta critique. Sur celui - là aussi, certaines personnes l'ont trouvé lent et c'était aussi mon impression du début. Le fait de le reprendre quelques mois après et de survoler les pages que j'avais lu m'a sûrement aidée à l'apprécier!

      Supprimer

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...