lundi 4 mai 2015

La fée carabine



Quatrième de couverture : "Si les vieilles dames se mettent à buter les jeunots, si les doyens du troisième âge se shootent comme des collégiens, si les commissaires divisionnaires enseignent le vol à la tire à leurs petits - enfants, et si on prétend que tout ça c'est ma faute, moi, je pose la question : où va - t - on?" Ainsi s'interroge Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel, payé pour endosser nos erreurs à tous, frère de famille élevant les innombrables enfants de sa mère, coeur extensible abritant chez lui les vieillards les plus drogués de la capitale, amant fidèle, ami infaillible, maître affectueux d'un chien épileptique, Benjamin Malaussène, l'innocence même ("l'innocence m'aime") et pourtant...pourtant, le coupable idéal pour tous les flics de la capitale. 

C'est un livre que j'ai depuis longtemps et que j'ai lu il y a très très longtemps car c'était... au collège. Enfin, je ne sais pas si on l'a lu entièrement mais en tous cas quelques chapitres. Je n'en avais aucun souvenir donc le challenge de Bianca était une bonne occasion pour le relire!

Tout commence par l'assassinat d'un policier en plein coeur du quartier parisien de Belleville, commis par une vieille dame. Parallèlement à cela, le quartier est le théâtre d'une série de meurtres commis cette fois - ci sur des vieilles dames.
Dans ce quartier où se côtoient des familles de toutes origines, habite Benjamin Malaussène avec sa mère, ses frères et soeurs ainsi que des grands - pères recueillis ici après être tombés dans la drogue.

Il s'agit donc d'une intrigue policière mais bien loin d'un polar comme on en a l'habitude. Ici, nous avons à faire avec des personnages plus loufoques les uns que les autres : un personnage principal qui exerce la profession de "bouc émissaire", une mère enceinte depuis dix mois, un policier déguisé en vietnamienne, etc... S'y mêle le cas du racisme ainsi que celui de la corruption.

Tout cela avec un langage familier voire très familier parfois...ce qui colle parfaitement aux personnages. On joue avec le langage et on y réfléchit aussi. Il y a de l'humour et des mots qui touchent.
"J'ai vu une fée, elle a transformé un mec en fleur." J'admire ce talent.

Ce roman, il me laisse une impression bizarre. Finalement, je suis incapable de dire si j'ai vraiment aimé ou pas. Tout aussi bizarre...Je ne suis pas vraiment rentrée dans cet univers, j'ai plutôt flotté dans un monde parallèle. Comme dans un rêve : tout le monde fait des rêves bizarres. Ce roman en est peut - être un.

Je ne me rappelais pas de ce livre, acheté au collège mais je suis ravie d'avoir eu l'occasion de le relire et j'ai bien envie de lire celui d'avant ("Au bonheur des ogres") ou un autre des Malaussène juste pour voir... pour voir si j'ai toujours cette impression bizarre de faire un drôle de rêve.


Ma note : 4/5 (quand même)

Lu dans le cadre du challenge Les 100 livres à avoir lu.







3 commentaires:

  1. j'ai adore cette livre, si je me souviens, il y a une continuation à l'histoire, mais je ne l'ai pas lis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y en a un avant et deux après celui- là je crois ;)

      Supprimer
  2. J'ai lu la saga dans le cadre du challenge de Bianca moi aussi, j'ai beaucoup aimé :)

    RépondreSupprimer

Le cri

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. A l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellu...