mardi 17 mars 2015

Aux portes de l'éternité



Quatrième de couverture : 1961. Les Allemands de l'Est ferment l'accès à Berlin - Ouest. La tension entre les Etats - Unis et l'Union soviétique s'exacerbe pour atteindre un point culminant l'année suivante avec la crise des missiles de Cuba. Le monde scindé en deux blocs se livre une guerre froide qui risque de devenir une guerre nucléaire. Confrontées à toutes les tragédies du XXe siècle, plusieurs familles, russe, allemande, américaine et anglaise, sont emportées dans le tumulte de ces immenses troubles sociaux, politiques et économiques. Georges Jakes dans le bus des Freedom Riders, Jasper Murray dans la jungle vietnamienne, Tania Dvorkine en Sibérie, Dave Williams et Walli Franck, rockers à Berlin ou San Francisco, vont se battre, trouver le chemin de l'amour et participer chacun à leur façon à la formidable révolution en marche. 

Voici le dernier volume de la trilogie du Siècle de Ken Follett. J'avais hâte de le lire, les deux précédents m'ayant énormément plu et je n'ai pas été déçue.
On retrouve les familles anglaise, allemande, russe et américaine que nous connaissons bien, entre les années 1961 et 2008. Il s'agit bien évidemment des petits - enfants maintenant, les personnages avec qui nous avons fait connaissance dans La Chute des Géants ayant déjà bien vieilli.

Ken Follett est un magicien. Il allie fiction et Histoire avec brio et rend encore une fois l'ouvrage passionnant. Il y traite l'édification du Mur de Berlin,la lutte contre les ségrégationnistes aux Etats - Unis (avec des passages bouleversants et révoltants! C'est fou que cela ait pu exister), la course au nucléaire, la guerre du Vietnam, etc ... et fait vivre ses personnages, aux opinions politiques bien tranchées et aux caractères bien trempés, à l'intérieur de ce chaos du 20ème siècle.

Malgré ses plus de 1200 pages, on n'a pas envie une seule fois de s'arrêter (mais on y est bien obligé quand même). L'auteur nous emporte encore une fois avec lui et même si on sait plus ou moins ce qui va se passer ( la frontière entre Allemagne de l'Est et Allemagne de l'Ouest va être fermée, Kennedy va être assassiné, il n'y aura pas de guerre nucléaire ...), on ne connaît pas en revanche les destins des personnages à l'avance. Personnages toujours aussi passionnants, les petits - enfants étant à l'image de ce qu'étaient leurs grands - parents (les chiens ne font pas des chats). Ils sont tous intéressants car ils livrent tous leur propre guerre et c'est ce qui fait qu'on est incapable de lâcher ce roman.

Pour ma part, j'ai un peu plus de mal avec toutes les parties qui concernent la politique pure et dure (car la politique est quand même omniprésente). Ce n'est pas trop ma tasse de thé en général. Mais ça ne m'empêche en rien d'avoir encore une fois un énorme coup de coeur.

Ma note : 5/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La scène des souvenirs

Suffolk, 2011. La célèbre actrice Laurel Nicolson se rend au chevet de sa mère mourante. Alors qu'elles parcourent ensemble un album de...